Recherche
 
Fermer
Connection

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 22 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Recherche
 
Fermer
 
Libre service
Les sections
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
63 Abonnés
Calendrier
Les nouvelles
jpg/Icone_nouvelles/Manif.jpgmobilisations du 14 décembre - le 12/12/2018 14h39

Grève et manifestation : vendredi 14 décembre 2018 à 14h00 – cours Clemenceau - Rouen

Allocution d'Emmanuel Macron :  
Des raisons supplémentaires de se mobiliser le 14 décembre !
 

Emmanuel  Macron  et  son  gouvernement  n’ont  toujours  rien  compris  :  le  cap  libéral  et l’austérité sont maintenus. Dans son allocution, le président de la République s’est livré à un véritable  exercice  d’enfumage  !  Une  opération  de  communication  alliant  menaces, misérabilisme et mea-culpa hypocrite, dès les premières minutes de son intervention...  
 
Emmanuel Macron et son gouvernement n’ont toujours rien compris :  
le cap libéral et l’austérité sont maintenus.

Le président tourne le dos aux revendications légitimes des salariés du privé et du public, des privés d’emplois, des jeunes et des retraités.  


rolleyes  Rien pour le point d’indice des fonctionnaires, au contraire de graves menaces sur les services publics.  
rolleyes  Rien  pour  les  jeunes  qui  subissent  des  violences  et  une  répression  inacceptables. L’inégalité d’accès aux études demeure la règle.  
rolleyes  Rien  sur  les  salaires  et  la  reconnaissance  des  qualifications  et  de  l’expérience professionnelle.  
rolleyes  Rien sur la justice fiscale et rien sur l’ISF et le CICE.Rien pour l’augmentation du Smic. Les 100 euros  pour les travailleurs payés au smic, sans 1 euros pour l’employeur, ne sont qu’une anticipation de l’augmentation de la prime d’activité, déjà prévue dans le budget du gouvernement.  
rolleyes  Rien pour la revalorisation des pensions limitée à 0,3% alors que l’inflation va dépasser les 2% en 2019.  
rolleyes  Rien pour les privés d’emploi mais, au contraire, la poursuite de la remise en cause de leur indemnisation.  
rolleyes   Rien à payer pour le patronat, une prime de fin d’année au bon vouloir du patronat et défiscalisée  ;  l’augmentation  des  salaires  compensée  par  la  CSG  ;  les  heures supplémentaires  désocialisées.  Cap  gardé  sur  les  réformes  engagées  de  l’assurance chômage, les retraites et la réforme de l’État. Les grands épargnés de ce discours sont les actionnaires, le patronat et les plus riches : aucune contribution ne leur est imposée.

 

Solidaires appelle à la grève interprofessionnelle vendredi 14 décembre. Cette journée doit permettre de construire la mobilisation, de faire le lien avec le 15 et de tenter d’impulser un mouvement de grève digne de ce nom.

Solidaires appelle clairement à rejoindre les Gilets Jaunes samedi 15 décembre.

SUD-Rail couvre cette journée par son préavis de grève de longue durée du 02 avril 2018 à 20h00 sur l’ensemble du GPF

ROUEN : rassemblement 14h00 Clémenceau

LE HAVRE : 10 h00 à Franklin

CAEN : 11h30 Place Fontette (ex Tribunal)

LISIEUX : 16h00 Place MITTERRAND

VIRE : 17h30 devant la Sous Préfecture

Lire la suite Lire la suite

Grève et manifestation : vendredi 14 décembre 2018 à 14h00 – cours Clemenceau - Rouen

Allocution d'Emmanuel Macron :  
Des raisons supplémentaires de se mobiliser le 14 décembre !
 

Emmanuel  Macron  et  son  gouvernement  n’ont  toujours  rien  compris  :  le  cap  libéral  et l’austérité sont maintenus. Dans son allocution, le président de la République s’est livré à un véritable  exercice  d’enfumage  !  Une  opération  de  communication  alliant  menaces, misérabilisme et mea-culpa hypocrite, dès les premières minutes de son intervention...  
 
Emmanuel Macron et son gouvernement n’ont toujours rien compris :  
le cap libéral et l’austérité sont maintenus.

Le président tourne le dos aux revendications légitimes des salariés du privé et du public, des privés d’emplois, des jeunes et des retraités.  


rolleyes  Rien pour le point d’indice des fonctionnaires, au contraire de graves menaces sur les services publics.  
rolleyes  Rien  pour  les  jeunes  qui  subissent  des  violences  et  une  répression  inacceptables. L’inégalité d’accès aux études demeure la règle.  
rolleyes  Rien  sur  les  salaires  et  la  reconnaissance  des  qualifications  et  de  l’expérience professionnelle.  
rolleyes  Rien sur la justice fiscale et rien sur l’ISF et le CICE.Rien pour l’augmentation du Smic. Les 100 euros  pour les travailleurs payés au smic, sans 1 euros pour l’employeur, ne sont qu’une anticipation de l’augmentation de la prime d’activité, déjà prévue dans le budget du gouvernement.  
rolleyes  Rien pour la revalorisation des pensions limitée à 0,3% alors que l’inflation va dépasser les 2% en 2019.  
rolleyes  Rien pour les privés d’emploi mais, au contraire, la poursuite de la remise en cause de leur indemnisation.  
rolleyes   Rien à payer pour le patronat, une prime de fin d’année au bon vouloir du patronat et défiscalisée  ;  l’augmentation  des  salaires  compensée  par  la  CSG  ;  les  heures supplémentaires  désocialisées.  Cap  gardé  sur  les  réformes  engagées  de  l’assurance chômage, les retraites et la réforme de l’État. Les grands épargnés de ce discours sont les actionnaires, le patronat et les plus riches : aucune contribution ne leur est imposée.

 

Solidaires appelle à la grève interprofessionnelle vendredi 14 décembre. Cette journée doit permettre de construire la mobilisation, de faire le lien avec le 15 et de tenter d’impulser un mouvement de grève digne de ce nom.

Solidaires appelle clairement à rejoindre les Gilets Jaunes samedi 15 décembre.

SUD-Rail couvre cette journée par son préavis de grève de longue durée du 02 avril 2018 à 20h00 sur l’ensemble du GPF

ROUEN : rassemblement 14h00 Clémenceau

LE HAVRE : 10 h00 à Franklin

CAEN : 11h30 Place Fontette (ex Tribunal)

LISIEUX : 16h00 Place MITTERRAND

VIRE : 17h30 devant la Sous Préfecture

Fermer Fermer


jpg/Icone_nouvelles/Communique_P.jpgCommuniqué de presse - le 05/12/2018 15h28

SUD-Rail et les cheminots avec les gilets jaunes !

La fédération SUD-Rail, ses adhérents et ses militants prennent acte de la colère et de la mobilisation citoyenne des « gilets jaunes » qui prend de l’ampleur dans le pays. Même si le mouvement syndical a d’abord eu des craintes, en parties fondées, sur la nature parfois ambigüe de ce mouvement (présence de l’extrême droite, soutien d’une certaine frange du patronat, …) force est de constater que le mouvement des gilets jaunes correspond avant tout à un mouvement populaire pour une autre répartition des richesses, contre la vie chère, la précarisation et pour une autre vision des services publics ; La hausse des taxes sur l’essence n’étant que le catalyseur d’un ras le bol profond.

Les cheminots ont lutté avec SUD-Rail au printemps contre un gouvernement qui prévoit la suppression de plus de 10.000 kilomètres de lignes ferroviaires et de plusieurs dizaines de gares. Cette casse des transports publics corrélée avec l’augmentation du prix de l’essence pèse sur les plus faibles. Comme dans la société et ses millions de travailleurs pauvres, les travailleurs du rail ont les mêmes problèmes pour boucler la fin de mois.

A ce titre, ce ras le bol est aussi le nôtre, les adhérents de la fédération SUD-Rail ont donc décidé que les cheminots doivent de nouveau répondre présents. Il nous revient d’accompagner et de renforcer un mouvement du monde du travail, sur nos revendications d’augmentation générale des salaires, des pensions et des minimas sociaux en imposant une autre répartition des richesses. C’est en prenant pleinement notre part à ce mouvement, sans faire aucune concession sur nos valeurs de solidarité, notamment vis-à-vis des immigrés et des réfugiés, que nous pourrons justement contrer l’influence des courants réactionnaires.

La fédération SUD-Rail s’inscrit et appelle les travailleurs du rail dans les mobilisations à venir, notamment celle du samedi 8 décembre et met à disposition son outil syndical et son préavis national reconductible en cours pour permettre à celles et ceux qui le souhaitent de se joindre au mouvement y compris sous cette modalité.

Afin de permettre aux gilets jaunes de pouvoir se rassembler et manifester, à Paris ou en région, la fédération SUD-Rail lance un appel citoyen à l’ensemble des cheminots : Donnons la possibilité à l’ensemble des gilets jaunes de pouvoir emprunter gratuitement le réseau ferroviaire national qui est la propriété du peuple.

Lire la suite Lire la suite

SUD-Rail et les cheminots avec les gilets jaunes !

La fédération SUD-Rail, ses adhérents et ses militants prennent acte de la colère et de la mobilisation citoyenne des « gilets jaunes » qui prend de l’ampleur dans le pays. Même si le mouvement syndical a d’abord eu des craintes, en parties fondées, sur la nature parfois ambigüe de ce mouvement (présence de l’extrême droite, soutien d’une certaine frange du patronat, …) force est de constater que le mouvement des gilets jaunes correspond avant tout à un mouvement populaire pour une autre répartition des richesses, contre la vie chère, la précarisation et pour une autre vision des services publics ; La hausse des taxes sur l’essence n’étant que le catalyseur d’un ras le bol profond.

Les cheminots ont lutté avec SUD-Rail au printemps contre un gouvernement qui prévoit la suppression de plus de 10.000 kilomètres de lignes ferroviaires et de plusieurs dizaines de gares. Cette casse des transports publics corrélée avec l’augmentation du prix de l’essence pèse sur les plus faibles. Comme dans la société et ses millions de travailleurs pauvres, les travailleurs du rail ont les mêmes problèmes pour boucler la fin de mois.

A ce titre, ce ras le bol est aussi le nôtre, les adhérents de la fédération SUD-Rail ont donc décidé que les cheminots doivent de nouveau répondre présents. Il nous revient d’accompagner et de renforcer un mouvement du monde du travail, sur nos revendications d’augmentation générale des salaires, des pensions et des minimas sociaux en imposant une autre répartition des richesses. C’est en prenant pleinement notre part à ce mouvement, sans faire aucune concession sur nos valeurs de solidarité, notamment vis-à-vis des immigrés et des réfugiés, que nous pourrons justement contrer l’influence des courants réactionnaires.

La fédération SUD-Rail s’inscrit et appelle les travailleurs du rail dans les mobilisations à venir, notamment celle du samedi 8 décembre et met à disposition son outil syndical et son préavis national reconductible en cours pour permettre à celles et ceux qui le souhaitent de se joindre au mouvement y compris sous cette modalité.

Afin de permettre aux gilets jaunes de pouvoir se rassembler et manifester, à Paris ou en région, la fédération SUD-Rail lance un appel citoyen à l’ensemble des cheminots : Donnons la possibilité à l’ensemble des gilets jaunes de pouvoir emprunter gratuitement le réseau ferroviaire national qui est la propriété du peuple.

Fermer Fermer



jpg/Icone_nouvelles/Communique_P.jpgCommuniqué de presse - le 22/11/2018 18h52

Passage en CSE et vote électronique plombent le taux de participation !

Malgré les déclarations récentes du président PEPY sur sa confiance vis-à-vis du dispositif déployé par la direction pour organiser ces élections et sa certitude d’un scrutin avec une participation massive, la Fédération SUD-Rail fait le constat que le taux de participation à la clôture du scrutin (66,70%) est historiquement le plus bas pour des élections professionnelles à la SNCF.

Défaut d’information sur le processus électoral réalisé à la va-vite par l’entreprise, difficultés pour récupérer les codes de votes et procédures complexes pour réaliser l’acte de vote pour les salariés n’ayant pas accès à des moyens informatiques sont venus plomber la participation des salariés du collège exécution (60,35%) par rapport à ceux des autres collèges cadre (75,26%) et maîtrise (70,63%), cette situation entrainant de fait un déséquilibre de la représentation.

Bien que les résultats définitifs ne nous parviendront que dans quelques heures, dans ce contexte difficile, la Fédération SUD-Rail tient à remercier l’ensemble des salariés qui lui ont fait confiance pour les 4 ans à venir et qui, par leurs votes, transmette un message fort à l’attention de la direction et du gouvernement : « Il faudra compter avec SUD- Rail ! ».

Lire la suite Lire la suite

Passage en CSE et vote électronique plombent le taux de participation !

Malgré les déclarations récentes du président PEPY sur sa confiance vis-à-vis du dispositif déployé par la direction pour organiser ces élections et sa certitude d’un scrutin avec une participation massive, la Fédération SUD-Rail fait le constat que le taux de participation à la clôture du scrutin (66,70%) est historiquement le plus bas pour des élections professionnelles à la SNCF.

Défaut d’information sur le processus électoral réalisé à la va-vite par l’entreprise, difficultés pour récupérer les codes de votes et procédures complexes pour réaliser l’acte de vote pour les salariés n’ayant pas accès à des moyens informatiques sont venus plomber la participation des salariés du collège exécution (60,35%) par rapport à ceux des autres collèges cadre (75,26%) et maîtrise (70,63%), cette situation entrainant de fait un déséquilibre de la représentation.

Bien que les résultats définitifs ne nous parviendront que dans quelques heures, dans ce contexte difficile, la Fédération SUD-Rail tient à remercier l’ensemble des salariés qui lui ont fait confiance pour les 4 ans à venir et qui, par leurs votes, transmette un message fort à l’attention de la direction et du gouvernement : « Il faudra compter avec SUD- Rail ! ».

Fermer Fermer


Pour voter aux élections professionnelles:

A l'aide du courrier reçu

gratter la zone grisée pour obtenir vos identifiants (la couche à gratter est assez tenace

il est conseillé de placer la feuille sur une surface dure et de gratter une pièce de monnaie)

Connectez vous ici: https://www.jevoteenligne.fr/sncf2018 

Et donnez à SUD-Rail les armes qui serviront dans les prochaines luttes... 

2018_10Elections_Normandie1.jpg

Lire la suite Lire la suite

Pour voter aux élections professionnelles:

A l'aide du courrier reçu

gratter la zone grisée pour obtenir vos identifiants (la couche à gratter est assez tenace

il est conseillé de placer la feuille sur une surface dure et de gratter une pièce de monnaie)

Connectez vous ici: https://www.jevoteenligne.fr/sncf2018 

Et donnez à SUD-Rail les armes qui serviront dans les prochaines luttes... 

2018_10Elections_Normandie1.jpg

Fermer Fermer


Elections 2018 - le 08/11/2018 10h34

Droit à congés et maladies, la direction veut faire sa propre loi !

En Janvier 2018, SUD-Rail avait obtenu, suite à la décision de la Cour d’Appel de COLMAR, la condamnation de SNCF à rétablir un agent dans ses droits à congés afin qu’il bénéficie au titre de chaque année - depuis son embauche – de ses 28 jours de congés. Suite à ce jugement, SUD-Rail est donc intervenu pour que chaque agent ne subisse plus de réduction. La direction ne nous a répondu que partiellement en limitant annuellement, une réduction de 8 jours de congés à compter du 1er janvier 2018 et sans aucune rétroactivité.

Selon la Cour de Justice Européenne qui s’impose au GPF soumis à l’autorité de l’État, la direction avait l’obligation de tenir compte des directives européennes sur le droit à congés depuis novembre 2003.

La direction traine des pieds et use de tous les subterfuges pour ne pas appliquer ces directives.

SUD-Rail a déjà déposé une DCI nationale sur ce sujet et dans certains services, des agents ont partiellement eu gain de cause, mais cela reste largement insuffisant !

  • d’une part, en regard de l’arrêt de la Cour d’Appel de COLMAR, qu’aucune suppression de congés ne soit faite en raison de la maladie, maladie professionnelle ou accident du travail,
  • et qu’une rétroactivité soit effective depuis 2003.

Il est clair que si la direction s’entêtait, SUD-Rail n’hésiterait pas à aller en justice, sachant que la Cour de Cassation a tranché en 2016 en faveur des agents de la RATP (Entreprise publique - comme SNCF - soumise aux directives européennes) avec une rétroactivité depuis 2003. La direction de SNCF devra aussi s’y soumettre !!!

rolleyes 1- SUD-Rail exige la proportionnalité et que la suppression annuelle de 8 jours soit effectuée à raison de 1 jour de congé à partir du 46ème jour de maladie et de 1 jour par tranche supplémentaire de 45 jours en application de l’article L.3141-6 du Code du Travail (soit pour 4 mois de maladie cumulés, une réduction maximum de 2 jours au lieu de la totalité des 8 jours. Ces 8 jours ne peuvent donc être déduits dans leur totalité que sur une année complète d’arrêt maladie).

rolleyes 2- SUD-Rail exige que chaque agent concerné soit rétabli dans son droit, de manière automatique et rétroactive !

rolleyes 3- AGIR OU SUBIR ! La direction ne s’arrête pas à la suppression abusive des congés, elle y ajoute les RP, RU, RM et Congés !

Comme pour les retenues de congés, SUD-Rail exige également l’arrêt immédiat de ces retraits abusifs par le cumul illégal d’absences diverses (dont la grève).

Dans la négative, comme pour le droit à congés, la Fédération SUD-Rail se réserve le droit de saisir les tribunaux compétents.

Nous ne nous laisserons pas dépouiller de nos droits sans réagir !!!

Du 16 au 22 novembre, Votez pour le progrès social, Votez SUD-Rail.

2018_10Elections_Normandie1.jpg

eek [Télécharger le tract]

Lire la suite Lire la suite

Droit à congés et maladies, la direction veut faire sa propre loi !

En Janvier 2018, SUD-Rail avait obtenu, suite à la décision de la Cour d’Appel de COLMAR, la condamnation de SNCF à rétablir un agent dans ses droits à congés afin qu’il bénéficie au titre de chaque année - depuis son embauche – de ses 28 jours de congés. Suite à ce jugement, SUD-Rail est donc intervenu pour que chaque agent ne subisse plus de réduction. La direction ne nous a répondu que partiellement en limitant annuellement, une réduction de 8 jours de congés à compter du 1er janvier 2018 et sans aucune rétroactivité.

Selon la Cour de Justice Européenne qui s’impose au GPF soumis à l’autorité de l’État, la direction avait l’obligation de tenir compte des directives européennes sur le droit à congés depuis novembre 2003.

La direction traine des pieds et use de tous les subterfuges pour ne pas appliquer ces directives.

SUD-Rail a déjà déposé une DCI nationale sur ce sujet et dans certains services, des agents ont partiellement eu gain de cause, mais cela reste largement insuffisant !

  • d’une part, en regard de l’arrêt de la Cour d’Appel de COLMAR, qu’aucune suppression de congés ne soit faite en raison de la maladie, maladie professionnelle ou accident du travail,
  • et qu’une rétroactivité soit effective depuis 2003.

Il est clair que si la direction s’entêtait, SUD-Rail n’hésiterait pas à aller en justice, sachant que la Cour de Cassation a tranché en 2016 en faveur des agents de la RATP (Entreprise publique - comme SNCF - soumise aux directives européennes) avec une rétroactivité depuis 2003. La direction de SNCF devra aussi s’y soumettre !!!

rolleyes 1- SUD-Rail exige la proportionnalité et que la suppression annuelle de 8 jours soit effectuée à raison de 1 jour de congé à partir du 46ème jour de maladie et de 1 jour par tranche supplémentaire de 45 jours en application de l’article L.3141-6 du Code du Travail (soit pour 4 mois de maladie cumulés, une réduction maximum de 2 jours au lieu de la totalité des 8 jours. Ces 8 jours ne peuvent donc être déduits dans leur totalité que sur une année complète d’arrêt maladie).

rolleyes 2- SUD-Rail exige que chaque agent concerné soit rétabli dans son droit, de manière automatique et rétroactive !

rolleyes 3- AGIR OU SUBIR ! La direction ne s’arrête pas à la suppression abusive des congés, elle y ajoute les RP, RU, RM et Congés !

Comme pour les retenues de congés, SUD-Rail exige également l’arrêt immédiat de ces retraits abusifs par le cumul illégal d’absences diverses (dont la grève).

Dans la négative, comme pour le droit à congés, la Fédération SUD-Rail se réserve le droit de saisir les tribunaux compétents.

Nous ne nous laisserons pas dépouiller de nos droits sans réagir !!!

Du 16 au 22 novembre, Votez pour le progrès social, Votez SUD-Rail.

2018_10Elections_Normandie1.jpg

eek [Télécharger le tract]

Fermer Fermer


Seulement 30 RP doubles pour les agents de réserve ... Merci qui?

C’est avec stupéfaction que nous avons pris connaissance d’une note de DRH GPF qui annonce, à l’appui de l’accord « organisation du temps de travail » signé en 2016 par l’UNSA et la CFDT et du chapitre correspondant de la CCN (signé par les mêmes), qu’à partir de maintenant, ça ne serait plus que 30 RP Doubles pour les agents de réserve au lieu des 52 RP ! C’est Inacceptable ! Nous ne laisserons pas faire !

Le principe de faveur vu par la direction !

Pour la direction, l’accord de branche (30 RP dans la convention collective) plus avantageux s’appliquerait selon le principe de faveur, en lieu et place de l’accord collectif minoritaire de juin 2016 sur l’organisation du temps de travail, qui prévoirait 24 repos doubles pour les réservistes.

L’UNSA et la CFDT qui n’ont résolument pas peur du ridicule, n’ont pas contesté la position de l’entreprise qui propose 30 RP contre les 24 présumés dans le très mauvais accord qu’ils ont signé ! C’est silence radio dans le clan réformiste ! Une fois de plus, la ficelle est un peu grosse ! La direction (dans son immense gentillesse) voudrait donc appliquer l’accord de branche plus favorable avec une attribution d’un minima de 30 RP doubles au lieu des 52 !!! Tout cela, alors que SUD-Rail a fait condamner SNCF à maintes reprises.

Les 667 jugements de fin 2017 pour lesquels SNCF n’a pas fait appel, sont clairs : les agents réservistes ont droit à bénéficier des mêmes RP doubles que ceux dont bénéficient leurs collègues non réservistes : soit un minimum de 52 RP doubles par an !

Nous considérons, que cette volonté d’imposer aux cheminot-e-s des régressions est inacceptable, ouvre une porte à la direction, pour :

  •  Niveler par le bas toutes les catégories de personnel,
  •  Remettre davantage en cause les accords locaux,
  •  Modifier l’organisation du travail en vue de filialiser et vendre chaque activité.

Le Matériel, la Circulation, le Fret… ont déjà annoncé qu’ils appliqueraient cette mesure, nous ne les laisserons pas faire sans réagir !

Ni collaboration, ni résignation, SUD-Rail, agira contre toutes les formes de régressions et de dumping social. Sur ce sujet des 30 RP doubles, nous avons d’ores et déjà déposé une DCI et nous appelons les agents concernés à manifester leur mécontentement, à se préparer à la mobilisation et à bien conserver leurs relevés d’utilisation pour d’éventuelles actions juridiques que SUD-Rail initierait !

Renforcer SUD-Rail face aux syndicats « réformistes », c’est nous donner

à toutes et tous UNE CHANCE RÉELLE POUR L’AVENIR !

Du 16 au 22 novembre, Votez pour le progrès social, Votez SUD-Rail.

2018_10Elections_Normandie1.jpg

eek [Télécharger le tract]

Lire la suite Lire la suite

Seulement 30 RP doubles pour les agents de réserve ... Merci qui?

C’est avec stupéfaction que nous avons pris connaissance d’une note de DRH GPF qui annonce, à l’appui de l’accord « organisation du temps de travail » signé en 2016 par l’UNSA et la CFDT et du chapitre correspondant de la CCN (signé par les mêmes), qu’à partir de maintenant, ça ne serait plus que 30 RP Doubles pour les agents de réserve au lieu des 52 RP ! C’est Inacceptable ! Nous ne laisserons pas faire !

Le principe de faveur vu par la direction !

Pour la direction, l’accord de branche (30 RP dans la convention collective) plus avantageux s’appliquerait selon le principe de faveur, en lieu et place de l’accord collectif minoritaire de juin 2016 sur l’organisation du temps de travail, qui prévoirait 24 repos doubles pour les réservistes.

L’UNSA et la CFDT qui n’ont résolument pas peur du ridicule, n’ont pas contesté la position de l’entreprise qui propose 30 RP contre les 24 présumés dans le très mauvais accord qu’ils ont signé ! C’est silence radio dans le clan réformiste ! Une fois de plus, la ficelle est un peu grosse ! La direction (dans son immense gentillesse) voudrait donc appliquer l’accord de branche plus favorable avec une attribution d’un minima de 30 RP doubles au lieu des 52 !!! Tout cela, alors que SUD-Rail a fait condamner SNCF à maintes reprises.

Les 667 jugements de fin 2017 pour lesquels SNCF n’a pas fait appel, sont clairs : les agents réservistes ont droit à bénéficier des mêmes RP doubles que ceux dont bénéficient leurs collègues non réservistes : soit un minimum de 52 RP doubles par an !

Nous considérons, que cette volonté d’imposer aux cheminot-e-s des régressions est inacceptable, ouvre une porte à la direction, pour :

  •  Niveler par le bas toutes les catégories de personnel,
  •  Remettre davantage en cause les accords locaux,
  •  Modifier l’organisation du travail en vue de filialiser et vendre chaque activité.

Le Matériel, la Circulation, le Fret… ont déjà annoncé qu’ils appliqueraient cette mesure, nous ne les laisserons pas faire sans réagir !

Ni collaboration, ni résignation, SUD-Rail, agira contre toutes les formes de régressions et de dumping social. Sur ce sujet des 30 RP doubles, nous avons d’ores et déjà déposé une DCI et nous appelons les agents concernés à manifester leur mécontentement, à se préparer à la mobilisation et à bien conserver leurs relevés d’utilisation pour d’éventuelles actions juridiques que SUD-Rail initierait !

Renforcer SUD-Rail face aux syndicats « réformistes », c’est nous donner

à toutes et tous UNE CHANCE RÉELLE POUR L’AVENIR !

Du 16 au 22 novembre, Votez pour le progrès social, Votez SUD-Rail.

2018_10Elections_Normandie1.jpg

eek [Télécharger le tract]

Fermer Fermer


jpg/Icone_nouvelles/Communique_P.jpgCommuniqué de presse - le 25/10/2018 18h13

Droit de grève, SNCF priée de revoir sa copie  ! ! !

Aujourd’hui, suite à la requête de la Fédération SUD-Rail, le Conseil d’Etat annule une directive unilatérale de la Direction SNCF entravant le droit de grève de dizaines de milliers de cheminots-es.

Une atteinte au droit de grève

Il a été estimé qu’à travers ses consignes, SNCF détournait l’esprit de la loi sur le droit de grève en étendant injustement l’obligation des Déclaration Individuelle d’Intention (DII) de faire grève à des pans entiers du personnel, bafouant ainsi la décision du Conseil Constitutionnel de 2007 qui prévoyait cette obligation pour les seuls conducteurs de trains, contrôleurs et agents des postes d’aiguillage.

De plus, le Conseil d’Etat déclare que La DII, est une source de pression à l’encontre des salariés déclarant vouloir cesser le travail et constitue une atteinte au droit de grève car elle permet de possibles pressions individualisées, l’employeur étant mis au courant à l’avance des personnes qui entendent exercer leur droit de grève ».

SUD-Rail affirme que l’entrave au droit de grève est un objectif de la Direction SNCF.

Rappelons que notre Fédération a déjà fait condamner

SNCF pour entrave délibéré de l’exercice du droit de

grève devant la Cour d’Appel de Paris le 27 octobre 2017.

Le jugement définitif sera rendu bientôt par la Cour de Cassation.

2018_10Elections_Normandie1.jpgLa directive à peine annulée, SNCF annonce déjà aux cheminots vouloir prendre, sous couvert cette fois d’une négociation en décembre et à défaut d’accord, une nouvelle décision unilatérale restrictive et pénalisante pour les cheminots.

SUD-Rail qui a été la seule Organisation Syndicale à saisir le Conseil d’Etat sur le sujet, ne laissera pas faire !!!

SUD-Rail défend le droit de grève de tous les travailleurs du rail car c’est bien par la grève, que tous ensemble, nous conserverons nos droits et que nous en gagnerons de nouveaux !

eek[Télécharger le tract]

Lire la suite Lire la suite

Droit de grève, SNCF priée de revoir sa copie  ! ! !

Aujourd’hui, suite à la requête de la Fédération SUD-Rail, le Conseil d’Etat annule une directive unilatérale de la Direction SNCF entravant le droit de grève de dizaines de milliers de cheminots-es.

Une atteinte au droit de grève

Il a été estimé qu’à travers ses consignes, SNCF détournait l’esprit de la loi sur le droit de grève en étendant injustement l’obligation des Déclaration Individuelle d’Intention (DII) de faire grève à des pans entiers du personnel, bafouant ainsi la décision du Conseil Constitutionnel de 2007 qui prévoyait cette obligation pour les seuls conducteurs de trains, contrôleurs et agents des postes d’aiguillage.

De plus, le Conseil d’Etat déclare que La DII, est une source de pression à l’encontre des salariés déclarant vouloir cesser le travail et constitue une atteinte au droit de grève car elle permet de possibles pressions individualisées, l’employeur étant mis au courant à l’avance des personnes qui entendent exercer leur droit de grève ».

SUD-Rail affirme que l’entrave au droit de grève est un objectif de la Direction SNCF.

Rappelons que notre Fédération a déjà fait condamner

SNCF pour entrave délibéré de l’exercice du droit de

grève devant la Cour d’Appel de Paris le 27 octobre 2017.

Le jugement définitif sera rendu bientôt par la Cour de Cassation.

2018_10Elections_Normandie1.jpgLa directive à peine annulée, SNCF annonce déjà aux cheminots vouloir prendre, sous couvert cette fois d’une négociation en décembre et à défaut d’accord, une nouvelle décision unilatérale restrictive et pénalisante pour les cheminots.

SUD-Rail qui a été la seule Organisation Syndicale à saisir le Conseil d’Etat sur le sujet, ne laissera pas faire !!!

SUD-Rail défend le droit de grève de tous les travailleurs du rail car c’est bien par la grève, que tous ensemble, nous conserverons nos droits et que nous en gagnerons de nouveaux !

eek[Télécharger le tract]

Fermer Fermer


jpg/Icone_nouvelles/Communique_P.jpgCommuniqué de presse - le 06/10/2018 14h43

PEPY dans les Echos : LES MASQUES TOMBENT !

Dans une interview parue le 4 Octobre, Guillaume PEPY, Président du directoire SNCF, dévoile les contours de la « nouvelle SNCF » suite à la réforme ferroviaire… et ses orientations viennent confirmer les alertes de la Fédération SUD-Rail, pourtant démenties par le gouvernement et la ministre des Transports au printemps pendant la grève !

Ils ont dit, ils ont menti !

En Février 2018, le 1er Ministre déclarait : « Les cheminot-e-s qui travaillent déjà à la SNCF ont passé un contrat moral avec l'entreprise nationale, qui leur assure notamment un déroulé de carrière et une garantie de l'emploi. Affirmant haut et fort : la réforme ne remettra pas en cause ce contrat moral ». Le 16 Mai 2018, E. Borne annonçait à son tour : « le maintien du Statut aux actuels salarié-e-s relevant de ce périmètre » … Sur les braises du mouvement, le Président PEPY remet déjà en cause le gouvernement en annonçant des modifications en profondeur du Statut des cheminot-e-s.

Le Président PEPY a trahi à nouveau les cheminot-e-s, il doit partir !

Les agents de la SNCF subissent déjà de plein fouet la politique des « plans de performances », « de rentabilité » ou « de productivité » issue de la réforme de 2014 ; le Président PEPY enfonce le clou et annonce aux cheminote- s encore plus d’austérité. Au plan social d’envergure déjà à l’oeuvre avec moins 2500 emplois, rien que sur l’année 2017 ; moins 5000 sur les deux dernières années à SNCF ; PEPY ajoute 10 000 suppressions d’emplois. Produire plus en gagnant moins, avec moins de personnels, c’est le plan PEPY !!!

Dans un climat social fortement dégradé, avec une augmentation de + 24,3 % des démissions, de + 37,8 % des ruptures conventionnelles, de + 46% des licenciements, et une rémunération mensuelle brute en berne avec - 0,3 % (de 2015 à 2017 avec une inflation de +1% dans la même période) pour les cheminot-e-s.

Humainement et socialement, les conséquences de la politique de PEPY dans l’entreprise encore publique sont catastrophiques et aujourd’hui, la Fédération SUD-Rail réitère sa demande de démission d’un président que nous considérons comme le fossoyeur du service public ferroviaire… Avant d’être celui de ses salarié(e)s.

Lire la suite Lire la suite

PEPY dans les Echos : LES MASQUES TOMBENT !

Dans une interview parue le 4 Octobre, Guillaume PEPY, Président du directoire SNCF, dévoile les contours de la « nouvelle SNCF » suite à la réforme ferroviaire… et ses orientations viennent confirmer les alertes de la Fédération SUD-Rail, pourtant démenties par le gouvernement et la ministre des Transports au printemps pendant la grève !

Ils ont dit, ils ont menti !

En Février 2018, le 1er Ministre déclarait : « Les cheminot-e-s qui travaillent déjà à la SNCF ont passé un contrat moral avec l'entreprise nationale, qui leur assure notamment un déroulé de carrière et une garantie de l'emploi. Affirmant haut et fort : la réforme ne remettra pas en cause ce contrat moral ». Le 16 Mai 2018, E. Borne annonçait à son tour : « le maintien du Statut aux actuels salarié-e-s relevant de ce périmètre » … Sur les braises du mouvement, le Président PEPY remet déjà en cause le gouvernement en annonçant des modifications en profondeur du Statut des cheminot-e-s.

Le Président PEPY a trahi à nouveau les cheminot-e-s, il doit partir !

Les agents de la SNCF subissent déjà de plein fouet la politique des « plans de performances », « de rentabilité » ou « de productivité » issue de la réforme de 2014 ; le Président PEPY enfonce le clou et annonce aux cheminote- s encore plus d’austérité. Au plan social d’envergure déjà à l’oeuvre avec moins 2500 emplois, rien que sur l’année 2017 ; moins 5000 sur les deux dernières années à SNCF ; PEPY ajoute 10 000 suppressions d’emplois. Produire plus en gagnant moins, avec moins de personnels, c’est le plan PEPY !!!

Dans un climat social fortement dégradé, avec une augmentation de + 24,3 % des démissions, de + 37,8 % des ruptures conventionnelles, de + 46% des licenciements, et une rémunération mensuelle brute en berne avec - 0,3 % (de 2015 à 2017 avec une inflation de +1% dans la même période) pour les cheminot-e-s.

Humainement et socialement, les conséquences de la politique de PEPY dans l’entreprise encore publique sont catastrophiques et aujourd’hui, la Fédération SUD-Rail réitère sa demande de démission d’un président que nous considérons comme le fossoyeur du service public ferroviaire… Avant d’être celui de ses salarié(e)s.

Fermer Fermer


 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...